jeudi 22 septembre 2016

Mud obstacle race - courir dans la boue !

J'étais complètement novice quand j'ai entendu parler de Mini Mudder obstacle race, une course-parcours dans la boue, adaptée pour les enfants.
Après les boot-camps au parc, très populaires auprès des adultes (un ancien militaire entraîne une petite troupe de gens après le boulot prêts à se faire diriger comme à l'armée).

En creusant un peu le sujet (après avoir reçu une invitation à y participer, pas moi, évidemment mais notre grande) - celle qui porte un uniforme impeccable toute la semaine - fut immédiatement emballée.
Nous voilà parties pour le West Sussex, à une heure du sud de Londres, un samedi matin, presque aux aurores, pile le jour où il fait froid et gris. Dans ce royaume, le mauvais temps n'empêche pas de s'amuser, c'est bien connu. L'organisation est parfaite, comme d'habitude lors des événements sportifs ou culturels, on est accueilli dans un "village" comme lors des festivals (petit reportage ici), avec des stands de restauration, de sponsors et le coin douche pour l'après-course. Cette fois, on ne se protège pas de la boue, on saute dedans !

A première vue, le principe de ramper dans la boue peut paraître un peu étonnant, mais j'ai découvert avec beaucoup d'intérêt que les enfants y participent surtout en équipe et sont encouragés à s'entraider.
J'ai observé les adultes se préparer à leur course, se faire maquiller, s'échauffer (par un animateur de club de sport avec micro et musique à fond), et puis partir en équipe pour la ligne de départ. Certaines ont trouvé des sponsors pour mettre en lumière une association caritative. 
Prêts à vous lancer aussi ? 
Pas de chichis
Etape n°1 : les préparatifs :
Etape n°2 : le warm-up - l'échauffement
Etape n°3 : le départ
Une ambiance "bon enfant" qui est ici bien représentée !
J'ai observé des mains tendues pour aider un copain ou un inconnu, des enfants qui ne sont pas en compétition les uns contre les autres, mais les uns avec les autres. 
Pour participer à une prochaine Mini Mudder obstacle Race, c'est ici. Well done girls !

jeudi 15 septembre 2016

Class of 2023

La première rentrée à la "grande école" était un peu particulière. Cette année-là, nous avions quitté la France avant le CP de notre aînée pour la scolariser en école anglaise. Notre petite Jeanne ne parlait pas anglais et nous ne savions pas comment elle allait réagir. Elle n'avait pas encore 6 ans, comment allait elle vivre ce "mutisme" pendant plusieurs mois ? Elle a adoré son école dès le premier jour !

Elle a aujourd'hui le double de cet âge et traverse la même rue pour aller au collège situé de l'autre côté, elle prend le bus seule...et surtout, elle a un uniforme. 

L'école primaire de notre quartier est un des rares établissements où les enfants n'ont pas d'uniforme. Le débat est régulièrement proposé au comité des gouverneurs de l'école, parents d'élèves élus. Les parents français sont très souvent en faveur de l'uniforme, une attirance pour ce côté tellement exotique de la culture britannique !

Pour son rentrée au collège, elle quitte la maison beaucoup plus tôt que nous. La première fois, nous restons sur le pas de la porte à la regarder partir. Un moment d'émotion dans notre vie de parents : elle a grandi d'un coup avec cette uniforme. 

La voilà qui entre dans une communauté où tous les enfants sont habillés pareil !
Ils suivent aussi un même motto "Fortiter ubique", "ever courageous", qui figure sur le blason de la famille du fondateur de l’hôpital, qui fut réhabilité en école il y a 4 ans.
Les nouveaux entrants sont accueilli dans la cour de l'école (sans les parents, heureusement que c'est précisé "pupil only event") , puis ils assistent à la remise de leur cravate, sous forme d'un petit rite de passage, où la directrice les accueille individuellement en leur serrant la main avant leur entrée dans les locaux. 

Leur promotion est appelée "class of 2023" ce qui n'a pas été sans un certain pincement au cœur. L'école est divisée en "maisons" et subdivisée en groupe "civitas", des petits groupes d'élèves multi-âges suivis par un professeur principal tous les jours.

Les clubs de fin de journée sont appelés "enrichments" et sont obligatoires. Nous avons lu le programme avec beaucoup d'attention, et le choix n'a pas été facile. Les élèves doivent choisir une activité par domaine (musique/théâtre, sport, ou matière au programme/sujet lié à la culture).

J'ai relevé deux clubs qui ont particulièrement attiré mon attention :

- le club des voyageurs assis dans leur fauteuil :
*Armchair travel*
Come along and take imaginary trips to different places in the world; what will you see? How long will it take? What vaccinations/precautions do you need? Answer these questions and much more !

- Le club débat
*Debating Society*
Have you got the powers of persuasion? Are you prepared to stand up for what you believe in? Debating Club is a fantastic opportunity for you to develop your confidence, public speaking skills and the ability to get other people to share your point of view and win arguments! You will learn how to structure an effective argument, work as team and be able to discuss the issues which really matter to you. You will also get to use your skills in debating competitions with other schools from across London. 

Ces deux exemples illustrent tellement bien nos différences culturelles, cette passion pour le débat et cette petite touche de fantaisie qui exercent sur nous une certaine fascination !

lundi 12 septembre 2016

Fun day in London - un beau dimanche

Une belle journée de septembre comme on les aime : ce dimanche est placé sous le signe du soleil et des copains ! 
Nous improvisons une journée ensemble dans le quartier de Chinatown (Soho) pour dejeuner ensemble. Les grandes tables des restaurants chinois sont propices aux groupes et la nourriture bon marché. Nous apprécions le service très rapide avec les tables roulantes proposant des Dim Sum, bouchées à la vapeur de toute sorte. 
Le rouge des lanternes et le bleu du ciel offrent de belles couleurs photogéniques, la journée s'annonce bien ! Nous poursuivons vers le quartier de Soho au nord de Covent Garden, Seven Dials. Objectif : manger une bonne glace !



 Udderlicious est un nouveau glacier situé dans cet adorable quartier de Seven Dials, aux petites rues pavées pleines de petites boutiques indépendantes (celle-ci n'a pas tenu le coup).
Cette "petite" marque a ouvert son deuxième magasin après celui de Islington. Les glaces sont faites avec du lait bio et avec des alliances de parfums qui changent chaque mois; les clients peuvent élire leur parfum préféré. Il fallait oser le chocolat/marmite... (une institution cette pâte à tartiner à base de levure de bière (!), ou plus "continental" le fraise-basilic, ou le litchi-citronnelle, ou encore le sorbet Mojito... ).

On recommande !
Pour profiter de la belle nature de Londres et laisser courir notre petite bande, nous nous dirigeons vers Hyde Park, en passant par Green Park, beaucoup plus fréquenté car le plus proche du quartier de Piccadilly. 
Hyde Park est un immense "campagne" au milieu de la ville, avec le lac et sa galerie Serpentine, une roseraie, des bassins, des prairies non "tondues"; un paysage qui varie d'un endroit à l'autre. Et il y a de la place pour tout le monde !
Le Serpentine s'étend sur 11 hectares, une belle marche si on veut en faire le tour ou un excellent endroit pour louer un pédalo ou faire une pause en admirant la belle vue au café du Lido. Pour les adhérents au club de natation, (en bas à droite de la photo), le lac a aussi un espace de baignade délimité qui est ouvert à la nage toute l'année !
Nous optons pour la fontaine circulaire qui rend hommage à Diana, située à deux pas, le Princess of Wales Memorial Fountain. Ce lieu est gratuit et ouvert toute l'année, on peut marcher dans le ruisseau qui court tout autour de l'ovale de 80m /50m. On peut choisir de s'installer sur la pelouse autour et à intérieur mais après une bonne marche, l'eau froide nous a bien rafraîchi ! "Please feel free to sit on the edge of the Memorial and refresh your feet", on adore !
Evidemment, les enfants sont trempés, nous décidons de quitter la fontaine pour rejoindre les pelouses du parc. La lumière est superbe en fin de journée, mais il faut rentrer. Une parfaite journée de vacances dans Londres, en famille et avec peu de dépenses.

Excellente semaine et merci à ceux qui nous suivent (encore) !

***Nos dimanches à Londres***

Pour (re) découvrir des dimanches à Londres ou dans les environs, voici quelques souvenirs  :
- A Hyde park un dimanche d'automne, le bateau-pirate du Diana Memorial Playground (2012) 
- Un dimanche dans un pub de campagne, le Yew Tree, après la visite de Downton Abbey (2013) 
- le repas au pub de Clapham common (sous la neige), le Windmill
- un bon brunch dans le quartier de Bermondsey au Garrison
- un chateau à 1h de Londres, Hever Castle (2011)
- une brasserie à la française pour un bon repas du dimanche "comme à la maison", chez Gazette
-  la cafétéria de st James's Park, notre premier dimanche en famille (2010)
- un jardin anglais à 1h de Londres, Nymans Gardens
- un musée sur Londres et son histoire, passionnant à tout âge, le Museum of London
- un dimanche entre copains à Hampton Court Palace en été (2010)

mardi 30 août 2016

Dinerama : vite à l'ombre

Londres, 33°, fin du mois d'Août
De retour en ville, le grand écart entre les Marais Poitevin et Londres est saisissant. Comme l'eau froide de l'Ile d'Yeu. Couleurs du Sud, odeurs de barbecue, fraîcheur d'un Virgin Mojito, je revis toutes les vacances en une après-midi. Il ne manque plus que les cigales cette après midi-là du côté de Shoreditch et les copains...
Ce quartier de l'Est de Londres est en perpétuel changement, avec les immeubles de la City à proximité, le street art et tous les chantiers en cours environnants. On sent comme un décalage entre l'urbanisme très organisé et cet îlot de containers aménagé en bars et restaurants, ouverts du jeudi au dimanche, de midi à minuit. 
Très rapidement, avec ces températures caniculaires, une boisson fraîche s'impose. Accompagnée de ma tween qui voudrait bien aussi un goûter, nous gagnons l'intérieur par un rideau de fer entrouvert; la surprise est toute entière.
L'espace Dinerama est divisé en deux zones, au rez de chaussée street food, nombreux stands de nourriture à emporter et à déguster autour de la longue table commune, et plus haut, le roof top, une zone de bars, Winorama. L'endroit est une palette d'artiste avec ces couleurs et les néons !
Après 19h, l'entrée est payante (£3) et le lieu est beaucoup plus fréquenté qu'à l'heure où nous arrivons. La poussette garée au fond du bar donne le ton, un éclectisme tout londonien. Du beau monde !
*Au menu*
- petits pains moelleux japonais cuits à la vapeur et fourrés, Yum Bun
- grillades Barbade, Smokestak
- burgers au canard grillé , Duck N'roll
- pizzas cuites au feu de bois, Fundi Pizza
- viandes grillés BbQ, BBQ Lab
- encore des burgers, Slider Bar 
...














jeudi 25 août 2016

London everyone welcome

Après fin juin, où il a fallu "avaler la pilule", l'été passé en France fut une belle parenthèse.
Pas de gros changements en rejoignant le Royaume Uni après 5 semaines, encore plus de retards à l'Eurotunnel, les rues de Londres n'ont pas (encore) changé. Une affichage a retenu mon attention dans le métro.
Une campagne de la Mairie de Londres annonce "London everyone welcome" illustrée par l'artiste britannique David Shrigley. It rings a bell, hasard complet, j'avais découvert cet artiste dans une galerie il y a quelques mois.
Ses traits naïfs au pastel sont toujours associés à un mot. Je suis restée assez longtemps à contempler les tableaux; qui ont ce trait d'humour en commun.

Dans quelques jours, David Shrigley revient avec un autre projet sur Trafalgar Square ! Il a été choisi pour créer la surprise, comme chaque année, un artiste expose son oeuvre sur le quatrième socle, le fameux piédestal qui n'a jamais porté de statue.
En 2013, l'artiste allemande Katharina Fritsch fut remarquée avec son coq bleu de presque 5 mètres de haut. Il fut mal interprété...et vu comme un symbole de "chauvinisme français" sur la place de la capitale anglaise qui rend hommage à l'amiral Nelson, l'un des plus grands héros du pays.
A suivre le 5 septembre, le jour de la rentrée scolaire !