dimanche 22 octobre 2017

Alice in Wonderland : welcome performance

Une représentation de "bienvenue à l'opéra" a lieu tous les ans à la même époque. En m'inscrivant sur le site du Royal Opera House, je suis loin d'imaginer qu'il serait aussi simple de réserver des places à £5. Le jour J arrive et nous voilà dans le rêve éveillé d'Alice.
L'inscription est valable pour les personnes qui n'ont jamais été à l'opéra, il y a une vérification sur leur base de données. Le ballet a lieu en matinée et il est précédé d'animations de découvertes des coulisses, de l'orchestre, des costumes.

Crée en 2011 par le chorégraphe Christopher Wheeldon, ce ballet en trois actes nous emporte dans l'univers fantaisiste de Lewis Caroll. La mise en scène réserve de beaux effets visuels et modernise le ballet classique avec des projections d'images vidéos dans une Angleterre victorienne.
La représentation "welcome performance" est une opportunité unique pour les spectateurs néophytes d'entrer dans l'opéra grandiose du quartier de Covent Garden.
Deux entractes nous permettent de faire le tour du bâtiment, depuis le bar situé en haut près des fauteuils de l’amphithéâtre, la vue plongeante sur une salle de restauration à la verrière unique fait partie du spectacle. Pour prendre l'air, passez par la terrasse avec vue sur Covent Garden, encore une perspective incroyable.
Nous assistons avec ravissement à toutes les étapes du voyage d'Alice, comme sa rencontre avec le chat Cheshire, particulièrement impressionnant, avec la dizaine de marionnettistes qui l'animent. La reine de cœur et sa robe-coque qui s'ouvre comme un coffret capitonné à l’intérieur est un des personnages burlesque du ballet, détrônant presque le rôle du Mad Hatter sur ses chaussures de claquettes.
Cette succession de scènes cultes nous mène jusqu'au final, qui, lui, sera presque décevant. La magie s'arrête trop soudainement sur une scène qui manque un peu du grain de folie qu'on a eu la chance d'approcher pendant presque 3 heures !

samedi 7 octobre 2017

Meet the team : 10th birthday Go Karting

Pour son  passage à sa première dizaine, nous avons marqué le coup avec cette fête d’anniversaire en rassemblant une belle équipe pour faire du karting !

Une première décennie derrière lui et le voilà parti sur la piste.

Son histoire avec les objets roulants a débuté il y a bien longtemps, avant même de savoir marcher.
Il utilise un chariot pour se promener partout, gare à ceux qui se trouvent sur son chemin.
A 9 mois, il bascule sa poussette pour faire tourner les roues.
A 18 mois, il ressort de la voiture Oui-Oui de l'aire d'autoroute, pour comprendre comment elle bouge en dessous.
Il dort avec une moto rouge (taille petit vélo) qu'il aura pour ses 2 ans.
Gros coup de cœur pour la trottinette à notre arrivée à Londres, il nous fait peur à tous les croisements, mais avec l'avantage de suivre partout en balade.
Il dira "car" en anglais avant d'arriver à prononcer le mot "voiture", qu'il nomme "papoum".
A 3 ans et demi, il fait du vélo tout seul.
Puis il collectionne les petites voitures, avec lesquelles il joue des heures.  Il regarde les marques de voitures de luxe dans la rue.
La liste est incomplète, il nous réserve encore quelques émotions !

vendredi 29 septembre 2017

Le Bon Marché @Brixton


Brixton a encore une belle surprise sous son chapeau. Plusieurs bâtiments d'une même rue ont été rénové et le résultat est remarquable. En plein cœur de ce quartier populaire aux mélanges d'épices et d'accents, il y a comme un air de ressemblance avec... Paris.
The Department Store accueille aujourd'hui les bureaux de l'agence d’architecte Spruce & Partners presque 200 ans avant que son propriétaire, James Smith, un imprimeur de Tooting, y réplique le célèbre Bon Marché. Il bâtît un empire avec la construction en face d'un deuxième bâtiment, Toplin House, qui réunit une centaine d'appartements pour ses employés, et plus loin, des étables et une caserne de pompiers.

James Smith fit même ajouter deux tunnels souterrains entre les deux bâtiments, un pour les femmes et l'autre pour les hommes !
Grâce à ses gains considérable aux courses, il réalise un projet unique en son genre : le premier grand magasin de Grande Bretagne. Il voit très grand et son rêve le ruinera.
Le bâtiment conserve le nom de Bon Marché jusqu'en 1975, et connait un succès commercial, puis est transformé en bureaux, en abris pendant la guerre, et puis un squat avant la rénovation.

L'agence d'architectes a collaboré avec de nombreux artisans pour rénover le bâtiment "Toplin house" et son dôme en verre, et plus loin dans la rue, les écuries ont été réaménagées en bureau de Poste.
Deux restaurants prennent place dans ce projet, l'un avec la vue sur Londres, et une terrasse extraordinaire et l'autre au rez de chaussé, le Canova Hall, une brasserie grandiose !
Ce samedi après midi de début d'automne, découverte du rooftop et de sa vue, on voit les silhouettes du Shard et le London Eye au loin, un figuier, de la lavande et d'autres plantations donnent à la terrasse un air de jardin suspendu. Les enfants jouent en altitude pendant que leurs parents se retrouvent autour d'un apéro.

L’ascenseur vous amène directement dans la salle du restaurant avec une double exposition et un terrasse qui longe tout le bâtiment, la visite mérite le détour. Table de ping-pong, plantes, mobilier de jardin, on sent que les employés de l'agence ont été chouchouté. L'espace n'est pourtant pas privé, et d'après le menu, il est même tout à fait abordable (plats à partager, assiettes à moins de £10) !
Restauré avec de gros moyens, ce bon Marché côtoie juste à côté les marchés couverts de Brixton, les coiffeurs africains, les marchés alimentaires de Electric Avenue et le Box Park, des conteneurs aménagés en food court (petits restaurants du Monde), une manière d'exploiter le capital de la ville, les archives du temps qui passe y reprennent vie.


Brixton 2017, des marchés couverts au Box Park, c'est ici.
Le jour où j'ai découvert Brixton Market en 2012, c'est ici.
***

samedi 23 septembre 2017

Tweens

Tweens, à ne pas confondre avec twins. Elles ont beau se connaître depuis leur naissance, elles ne sont pas sœurs, elles ont douze ans et ne sont pas encore dans la catégorie teenager (mot qui se réfère aux chiffres avec teen, à partir du thirteen). Elles sont donc des tweens: les 9/12 ans  too old for toys, too young for boys.

Nous arrivons (encore) à leur proposer un samedi après midi en notre compagnie. Les marchés de créateurs n'entrent pas dans leur budget, mais les deux jeunes filles aiment bien participer à un atelier ou se faire offrir une bricole.
En quittant le magnifique Departement Store de Brixton , où nous avons vu de belles choses dans le décor idéalement grandiose de l'agence d'architectes Squires and Partners, elles foncent sur les enseignes de la rue principale, celles qu'on trouve dans toutes les villes du monde.
Elles se connaissent depuis leur naissance, toutes les deux nées en France, elles évoluent maintenant dans un univers anglais par l'école. Avec Coco, sa maman, on se demande toujours quels choix elles feront dans les années à venir. On a tous en tête les petites anglaises délurées de nos échanges France/Angleterre, c'est drôle comme on a moins d'humour quand ce sont nos filles qui veulent mettre des jupes trop courtes.
Nous profitons de cette ambiance art&craft que nous apprécions aussi. Pour ce marché d'automne, l'organisateur Crafty Fox Market a choisi le thème du cirque, une ambiance festive et décalée qui convient bien à ces artistes du "fait-main". A l'entrée, des chapeaux pointus donnent le ton, chaque artiste en porte et peut aussi l’accessoiriser avec une collerette, un peu à la manière d'un goûter d'anniversaire ! L'univers de ce bâtiment aux murs de briques et câbles apparents, graffitis et irrégularités, a aussi des airs des décors de Jeunet et Caro, dans leur film Delicatessen. 
Ici aussi les objets semblent sortis d'un film de cinéma, dans cette mise en scène, ils sont tous uniques et produits localement. Je suis prête à mettre le chapeau pointu mais je pense que les tweens ne le toléreraient pas.
Suite au prochain Market !