dimanche 25 octobre 2015

Mademoiselle Jeanne



La prestigieuse Maison Chanel est mise à l'honneur dans une exposition-éclair à Londres : elle ne dure que deux semaines et se termine le 1er Novembre. Depuis son ouverture le 23 Octobre dernier, les files s'allongent devant l'entrée de la très belle galerie Saatchi ouverte 7/7.
Il faut dire que Karl Lagerfeld a investi intégralement les 3 niveaux et a crée un jardin depuis les grilles jusqu'à l'entrée de l'exposition intitulée Mademoiselle Privé.
Le grand bâtiment clair et spacieux de la Saatchi Gallery est un lieu idéal pour les projets de cette envergure, initiés par d'autres grands groupes du Luxe comme Hermès ou Rolls Royce, et en avril prochain une rétrospective sur les Rolling Stones. Les visites-événements de la galerie ont la particularité d'être gratuits.
 Si les 3 niveaux de la galerie proposent des ambiances très différentes, évoquant les grandes étapes du parcours de Coco Chanel, Karl Lagerfeld a voulu mettre en avant ses partenaires représentants des métiers d'arts de prestige comme la Maison Lesage, spécialiste en broderies Haute-Couture et Lemarié, plumassier de légende à l'origine de la fabrication des fleurs en tissus de la marque Chanel, les célèbres camélia.
En ce samedi après-midi pluvieux, nous marchons d'un bon pas sur King's Road en direction de la Galerie Saatchi pour un rendez-vous d'exception. Les petites mains accueillent les visiteurs pour les initier à leurs techniques lors d'ateliers gratuits : une occasion unique de partager cette visite mère/fille et de lui faire découvrir cet univers de la Haute-Couture française à deux pas de chez nous !
Les métiers d'arts :

Karl Lagerfeld rend un hommage à Coco Chanel avec des moyens impressionnants, un personnel en grand nombre, la présence des Petites Mains qui ont quitté l'atelier de Pantin pour les workshops, cette soirée d'inauguration fréquentée par de nombreuses muses et ambassadrices, le déploiement de journalistes invités à traverser la Manche pour l'occasion et la mise en place d'une application gratuite (l'inscription aux 3 ateliers est entièrement gérée par le site).
L'agitation dans les allées est assez palpable, avec un record de selfie au mètre carré, les pièces se succèdent avec des contrastes (le noir, le blanc), comme autant de clins d’œil à la personnalité de Coco Chanel; on entre dans sa  première boutique de Deauville, découvre l'escalier aux miroirs art-déco de la rue Cambon, les éléments récurrents de ses collections - ses chiffres porte-bonheur, aussi le rouge, le blé, la chaînette, le camélia...
L'exposition plonge les visiteurs dans des salles aux ambiances très différentes. Dans l'une, on y découvre tous ses "totems", on se poursuit dans un espace habillé de grands tissus blancs, accrochés comme des rideaux, dans lesquels on peut se faufiler, une occasion de toucher les matières chères à Coco Chanel. 
Une grande salle est transformée en grand laboratoire, et met en scène le parfum numéro 5 par des jeux de lumières de vastes cuves blanches, qui s'ouvrent de manière aléatoire. On y découvre les différentes caractéristiques de ce parfum (sans trop réussir à sentir les émanations qui sortent des cuves). On peut aussi entrer dans un jardin "à la française" crée autour du double C, mais la foule indisciplinée commence à se faire un peu oppressante. 
Une balade unique pour ma grande Jeanne qui repart avec un collage de fleurs encadré dans une belle boîte en carton, elle aussi fait des merveilles avec ses petites mains.

Le blanc / le noir

Le laboratoire
La boutique de Deauville
Je suis à la Saatchi Galery !

4 commentaires:

  1. magnifique ! voilà Jeanne dans l'univers des Grandes Dames, même si Coco Chanel était appelée Mademoiselle !
    bises
    Anne D.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Anne, c'est un joli commentaire !

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Oui quand on a 1) du temps 2) un enfant qui aime les travaux manuels 3) l'oeil sur les offres d'ateliers pendant les vacances 4) Surtout vivre dans une grande ville comme Londres !

      Supprimer