jeudi 23 juin 2016

Brexit, REMAIN (please)

source

Nous en saurons plus sur notre sort demain matin. Pour une fois, on aura hâte de se lever !
L'enjeu est important et le Monde est dans l'attente. Un vote historique a lieu en ce moment.

Aujourd'hui, on a croisé des militants à tous les coins de rues, aux sorties des métros, et sortent leur prospectus par tous les temps. Ils distribuent des auto-collants en rappelant d'aller voter. On voit partout des gens qui arborent leur camp sur leur vêtements ou sur la vitre de leur bow-window.

Le Royaume-Uni est...divisé. Il semble que deux types de camps s'opposent, Londres et le reste du pays, plus que les conservateurs, ou les travaillistes.
En vivant ici, nous avons perçu autour de nous le caractère international de la capitale anglaise. Nous avons aimé cette ouverture d'esprit et l'accueil qu'on a toujours ressenti. Venir du "continent" est un fait banal, car ceux qui viennent du reste de l'Europe sont si nombreux autour de nous, étudiants étrangers qui ne sont jamais rentrés, premier travail, rencontre amoureuse, ou pour d'autres raisons.

Nos enfants grandissent ici depuis 6 ans et n'ont connu que l'école primaire anglaise. La plupart des enfants de leur classe sont bilingues. En tant que parents, cela nécessite parfois un réajustement, leurs références culturelles ne sont pas celles que nous avons connues. Ils se disent franglais et vivent bien dans leurs baskets avec cette identité mixte.

Nous sommes nombreux à vivre dans cette communauté : 2,4 million d'autres européens "migrants" vivent en Grande-Bretagne (depuis plus de 5 ans). Nous pourrions obtenir un passeport britannique. Avec l'approche du Brexit, les demandes affluent  par crainte des conséquences de la sortie du pays.
Mais nous restons cependant en dehors des critères pour voter, car seules les personnes munies d'un passeport britannique et qui résident dans le pays pourront donner leur avis, (les Irlandais et ressortissants du Commonwealth, Chypre, Malte, Australie, Canada, Pakistan, Inde, Nigeria, Gibraltar). Les nombreux anglais vivants à l'étranger voteront sauf ceux qui ont quitté la Grande-Bretagne depuis plus de 15 ans. Pour des personnes qui vivent et payent leurs impôts dans un pays d'adoption, comment imaginer qu'il faudra avoir un visa pour travailler, voyager, ou même vivre là où on le souhaite ?

Les derniers sondages sont assez déstabilisants, car ils font état de résultats très proches : 41% en faveur du REMAIN, 43% pour le LEAVE. Comme on dit en anglais, "it's a coin-toss", un peu comme si on tirait à pile ou face.

12 commentaires:

  1. je croise les doigts... ce pays me manque beaucoup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lamia, pas de regrets donc, le pays sera plus jamais pareil...

      Supprimer
  2. j'ai spécialement pensé à toi et à vous quatre aujourd'hui et je me demandais comment vous vivez ça... demain matin on saura... c'est angoissant quand même !
    bises
    Anne D.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'inquiétude avant et qui se poursuit encore aujourd'hui; avec des rebondissements, l'Ecosse et l'Irlande...que va -t -il rester du Royaume Uni ?

      Supprimer
  3. bah si pb, venez tenter votre chance aux US....ah non ca marchera pas non plus : trump il veut plus d'etrangers .....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On va se retrouver en France alors !!!

      Supprimer
  4. Pensée pour les Frenchies/Européens comme toi, Corinne et Sophie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! On attend la "suite", un nouveau référendum ?

      Supprimer
  5. Quand j'ai su, je n'y ai pas cru... Mais si, finalement. :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Irréel...
      Que va-t-il rester de ce beau drapeau britannique ? La croix de St Georges ?

      Supprimer
  6. C'est très dur de voir le résultat du vote. Le monde va mal et se désunir est la plus mauvaise des solutions. C'était pourtant une belle idée, l'Europe. On pense bien à vous. Love

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma petite cousine ! Beaucoup d'incertitudes - mais c'est comme ça pour de nombreux pays...Nous qui nous tenions un peu à distance des difficultés en France, en pensant être à "l'abri"...Grosse erreur

      Supprimer