lundi 11 juillet 2016

Post Brexit

We ventured into our nextdoor Common to see if England was still the same.

We followed signs advertising a Steam Funfair, and thought we might learn something new.
The funfair is not somewhere we usually go to, but this one was special, as if we went into a time machine.
The feeling of going back in time is something a lot of people have experienced after the news that Brexit voters won.
Let's go back to the Victorian time !
This funfair would never have been existing without a british engineer who made the last improvement to the steam machine. James Watt's steam engine played a key part in the Industrial Revolution and within the economy of Great Britain; and he was a... scottish engineer !
I find quite funny to hear about Andy Murray, if he wins a game, he is british, if he looses, he's scottish !


 I enjoyed watching people who came from the neighbourhood in a joyful atmosphere without loud music. Some of the rides had old organs playing.
We found some of british favourite games such as Coconut Shy, the french equivalent to "chamboule'tout". You get the coconut if you manage to hit it with a ball !
Our 8 year old son has never been on a dodgem, he was the happiest child on earth. Let's hope he will enjoy the rest of his childhood here, in the UK.






***
Depuis le Brexit, nous guettons toutes formes de changements autour de nous. Une petite balade dans le "Common" d'à côté est toujours un bon indice sur le moral du pays. Nous avons trouvé des panneaux aux belles lettres rondes qui indiquaient une fête foraine traditionnelle.

Habituellement, nous partons dans la direction opposée, mais cette fois, nous avons voulu en savoir plus sur cet événement traditionnel "à la vapeur". Si le pays en vient à se replier sur-lui même, nous aurons pu avoir un aperçu des références culturelles et historiques. 
Nous avons fait un bond en arrière (exactement ce qu'on voudrait éviter), comme si nous étions à bord d'une machine à remonter le temps (ce que de nombreuses personnes auraient aimer faire après avoir voté LEAVE).
Retour dans l'ère victorienne, chère aux britanniques... 
Grace à un ingénieur britannique, et les améliorations qu'il apporta aux moteurs à vapeur en 1781, le Royaume put entrer dans l'ère industrielle, qui les fit briller dans le reste du monde. James Watt était d'ailleurs écossais. Un peu comme Andy Murray, quand il gagne un match, il est britannique, quand il perd, il est écossais !

Ici, pas de musique assourdissante, les manèges sont accompagnés d'orgues. Le plaisir de regarder les gens du quartier s'amuser remonte le moral, comme celui d'observer le sourire de mon "grand" de 8 ans sur son auto-tamponneuse; et voir ces deux-là se balancer avec confiance dans le ciel britannique...


8 commentaires:

  1. Oh ca avait l'air pas mal dis donc! Une bonne idee pour se changer les idees post Brexit :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est une belle surprise en effet !

      Supprimer
  2. Une fête foraine a l'ancienne la meilleure façon de remonter le temps sans se prendre la tête et en regardant le mélange de couleurs d'hier et d'aujourd'hui belle escapade intemporelle !

    RépondreSupprimer
  3. de jolies photos comme toujours, j'adore celle avec les deux enfants sur leur balançoire à l'ancienne... La vie ne se résume pas au BREXIT même s'il risque de changer bcp de choses.
    Quand - et où - prenez-vous vos vacances ?
    Bises
    Anne D.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Anne ! Les vacances de l'autre côté de la Manche, comme tous les étés, où nous retrouvons les cigales, les melons, les pêches et les brugnons ! Deux îles au programme moins au Sud, l'île d'Yeu et l'île de Ré. Encore des îles, je sais !

      Supprimer
  4. Superbes photos. Ton texte me touche beaucoup, on sent ton pincement au cœur face à cet événement qui ne peut laisser indifférent ceux qui se croyaient intégrés à part entière au UK et qui se découvrent "étrangers" et en même temps on te fait confiance pour toujours profiter du moment présent et rester optimiste pour l'avenir. On vous embrasse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais qui m'écrit ce beau commentaire ?

      Supprimer