lundi 16 juillet 2018

World champions !

Le rendez-vous est pris à l'"Aigle", notre pub de quartier, qui accueille volontiers les français, avec une forte mobilisation les jours des matchs des bleus. Seuls quelques habitués des lieux restent fidèles, placides, presque amusés par le spectacle.
Vivre à Londres dans un climat de Brexit, nous laisse parfois soucieux de notre présence à certaines occasions.
Les jours de matchs anglais, nous choisissons le calme de nos salons. Les fenêtres ouvertes, la clameur du pub voisin résonne dans tout le quartier. Sans le suivre sur un écran, nous pourrions connaître tout le déroulement depuis le jardin. Au moment du match Angleterre/ Croatie, un calme inquiétant régnait. Pas une voiture dans les rues. La tension était au maximum.
Nous sommes restés sagement à l'écart, en prévision des débordements et autres fantaisies de nos chers "brits" passionnés de foot, dont les bonnes manières disparaissent avec l'effervescence en même temps que s'accumulent les verres vides. Aussi, l'île bat des records d'absentéisme après les matchs, une maladie très contagieuse nommée la "world cup fever".
Pour suivre les Bleus entre frenchies, nous avons aussi notre rituel au pub. En cas de grandes occasions, les enfants se joignent à nous. Le propriétaire du pub nous a donné son accord pour s'installer en famille, à condition que les enfants se tiennent bien (normalement, au delà de 20h, ils ne sont plus admis), ce qui est assez amusant quand on pense à la folie des matchs où l’Angleterre jouait.
C'est avec soulagement que nous avons appris la défaite des anglais contre la Croatie, qui a réglé le problème de l’affrontement France/ Angleterre. Ce jour-là aurait été compliqué pour nous, nos enfants, les amis bi-nationaux. Nous aurions été discrets en restant sagement chez nous. Si les regards étaient plutôt sympatiques hier à la sortie du pub, nous aurions frisé une malaise ambiant, voire l'incident diplomatique. Qui sait, peut-être même que cet événement aurait eu de graves conséquences sur notre avenir (déjà assombri) dans la capitale anglaise.

mardi 22 mai 2018

Week end royal

L'esprit de fête de l'année 2012 est revenu - grâce à un mariage dans la famille royale. Même sans être anglais (pas encore !) l’événement a crée tellement de liens entre les gens, qu'il est toujours assez fascinant de le vivre. Les vitrines des boutiques ont marqué le coup, comme les écoles, avec leur après midi de "tea party" où les enfants ont fait un pique nique dans la cour, habillés aux couleurs du royaume. Les masques de Megan et Harry ont aussi fait un carton. 
Plus tard dans l'après midi, les fêtes de rue ont envahi le quartier, plongé dans un silence inhabituel pendant la diffusion de la cérémonie. L’effervescence d'un pays qui célèbre cet événement, comme si c'était un membre de leur famille, ensemble à la maison ou au pub (qui retransmettait les images) est assez communicative.
Nous avons poursuivi les festivités en dehors du centre de Londres, pour profiter du temps exceptionnellement beau à la découverte de nouveaux parcs et propriétés appartenant au National Trust. Les possibilités autour de Londres sont immenses, c'est souvent assez difficile de les choisir. 

Ce dimanche, nous partons pour Polesden Lacey demeure édouardienne qui surplombe la campagne du Surrey. Les jardins et l'accès aux bâtiments des propriétés sont toujours impeccablement mis en valeur, avec très fréquemment un café proposant des produits de saison cuisinés sur place. Les volontaires de l’organisation vous accueillent avec "professionnalisme"  et nombreuses sont les propositions (visites guidées du jardin ou de la maison, parcours pour les enfants, une librairie de livres d'occasion...) il faut se tenir au courant avant de partir.  
Ces journées familiales fonctionnent (encore) chez nous. Nous sommes bien évidemment d'heureux membres depuis quelques années. Il existe même une adhésion à vie !
Parmi nos préférés :
- Parc en automne peuplé par des daims, à Knole
- Nymans Gardens au printemps
- une auberge dans le Lake District
- une balade sur la plage de West Wittering, East Head

dimanche 29 avril 2018

S U M M E R time (only one week)

Londres sous le soleil montre sa facette la plus décadente. Les premières chaleurs sont accueillies comme si c'était les dernières. Un air de fête envahit la ville, les pubs et les parcs. La vie quotidienne devient incroyablement légère, avec des nuées de petits groupes se rassemblant sur les pelouses, des barbecues portatifs, couvertures de pique-nique et toutes les victuailles nécessaires.
Pour ce week end dernier frôlant la canicule, les panneaux du métro avertissent les usagers qu'il faut s'hydrater souvent, les "hot weather alerts" rappellent : please carry a bottle of water with you at all times". 
Par ce samedi de forte chaleur (à peine 25°) et un petit vent bien agréable, je décide de braver les conditions exceptionnelles pour rejoindre deux amies pour un petit tour du quartier de Nottinghill en suivant l'itinéraire de lady in london. Elle y propose de suivre sa visite des coins plus calmes en découvrant les petites ruelles cachées.
 Pour déjeuner, il y a l'embarras du choix en route. On avait repéré Farm Girl, une petite adresse récente qui se présente en tant qu' Australian Café culture : tout un monde dans un petit espace caché sur Portobello Road (au 59). Mais par manque de place, nous sommes allées chez Pedlars, café indépendant et boutique au calme et à l'ombre !
Pedlars café, 128 Talbot Road.
Le trajet :
RV à la Station Nottinghill Gate, un samedi, c'est forcement avec beaucoup de monde. Pour éviter la rue très encombrée, pour commencer, prendre la rue Pembridge Gardens, jusqu'au square privé du même nom (nous n'avons pas la clef). L'architecture des maisons Georgiennes (construites fin 18eme/première moitié du 19eme) est impressionnantes surtout avec le blanc des façades et le bleu du ciel ! 
Portobello Rd est juste au coin à gauche quand on traverse immédiatement à droite. L'ambiance du samedi est très animée et notre balade alterne les rues très fréquentées et les petites ruelles. La première s'appelle Simon Close, puis au coin du magasin d'antiquité Chez Alice, tourner sur Denbigh close. La balade se poursuit vers Westbourne Grove, une rue à l'ambiance village-chic; avec plein d'enseignes françaises. 
Je suis toujours en quête de portes et de façades de couleurs, quartier idéal pour dénicher les photos les plus instragramesques. Une autre petite ruelle se trouve sur Ledbury rd, à droite : Colville Mews. Cet habitant qui y bouquine au soleil doit voir passer pas mal de gens à la recherche des fameuses mews (anciennes écuries).  
Nous n'aurons pas le temps de faire la boucle entière, mais c'est partie remise. Nous avons poursuivi sur Golborne rd, et son ambiance mi marocaine, mi portugaise, et toute l'ambiance du samedi. Puis vers le Canal jusqu’à Little Venice. 
Le dimanche gris qui suit où j'écris ces quelques lignes, le chauffage est rallumé et toute cette balade semble lointaine. Vivement la prochaine vague de chaleur. 

3 ladies in London

mercredi 11 avril 2018

S P R I N G enfin tu es là

Les vacances d'avril sont en cours. Nous avons retrouvé notre île après une semaine à la montagne, par chance, les bourgeons en ont profité pour éclore. Certains quartiers de Londres sont particulièrement pittoresques au printemps. 
En cette journée non pluvieuse, nous décidons de partir vers Little Venice (cliquez sur les liens en 2010, 2012, 2015), au départ de Warwick Avenue jusqu'au quartier de Notting hill (Nord- ouest de Londres), environ 7 km.
Le canal Regent's est un lieu de balade incontournable, quelle que soit la saison. Les arbres qui le bordent, les différents types d'architectures et le calme qui y règne forment un lieu à part au milieu de la ville. Au printemps 2015, nous étions tombés sur le festival Cavalcades, une belle ambiance de fête sur le canal.
Toute l'année, la vie du canal est animée par les péniches habitées qui naviguent ou sont amarrées. Certaines sont décorées avec originalité, avec de véritables petits jardins devant. 
Les piétons peuvent longer le canal assez longtemps, avec des parties plus ou moins jolies; nous avons commencé par Little Venice, et une pause au Café Laville installé sur un pont, qui domine le canal.
Pour passer une nuit à bord, certaines péniches ont aménagé des chambres, comme Jessie, the Narrowboat, sur Airbnb (£150/nuit).
En 2010, nous avions choisi une petite croisière en Waterbus, attention le lien contient des bouilles trop mignonnes.
Après un passage sous l'A40 et des zones d'immeubles, nous arrivons sur Goldborne Road et dépassons la tour Trellick, impressionnante construction en béton du mouvement brutaliste. 
Le projet voit le jour en 1972 et l'architecte moderniste hongrois Ernö Goldfinger n'est pas vu d'un bon oeil...et même jugé un  peu trop "un-English". 
En poursuivant la rue, l'ambiance est éclectique avec des antiquaires, bazars algériens, pâtisseries portugaises et boutiques design et même les produits australiens Aesop ! Un mélange assez peu anglais mais tellement londonien.
Les adresses du quartier :
- les petites custard tarts portugaises, les pastel de nata à la Lisboa Patisserie.
-  le café danois "Snaps and Rye", ouvert en 2014, pour son ambiance épurée, une adresse qui est déjà connue pour le déjeuner ou le dîner. Juste à côté, une autre adresse à découvrir le café autrichien "Kipferl"
- un brunch au Goldborne Deli avec ses tables en extérieur, une très belle terrasse, pour regarder la vie du quartier
- marcher jusqu'à Portobello Rd, un quartier touristique mais toujours photogénique.
- dormir dans une péniche sur le canal, £250 par nuit (minimum 2 nuits)

Un grand merci à mes deux modèles qui ont bien coopéré, à K et B de nous avoir accompagnés.